Imprimer cette page Envoyez cette page à un(e) ami(e) Accueil

Les Françaises vues par Courteau

© PANORAMIC
Emmanuel LANGELLIER
 
 
Imprimer
Mardi 10 février 2009 à 09h36
Ancien entraîneur d'Amélie Mauresmo et coach de la Fed Cup durant dix-huit ans, Loïc Courteau conseille maintenant Paul-Henri Mathieu mais il n'en garde pas moins un regard attentif et intéressant sur le tennis féminin. Il confie ses impressions sur les Françaises du tournoi.  

Amélie Mauresmo
« Je n'ai pas vu ses matches du week-end en Fed Cup mais j'ai suivi comme tout le monde. Elle va retrouver l'Italienne Sara Errani mais ça va être complètement différent parce que le match ne comptait pas tellement dimanche (la France était déjà menée 0-3 et donc éliminée). Elle retrouve son tournoi fétiche à Coubertin, c'est SON tournoi. Elle a une très belle histoire avec le public, avec le tournoi. Elle va être bien motivée et ça va être une autre paire de manche que dimanche. Je la sens bien. Elle a eu un match difficile samedi contre Pennetta mais a été à deux doigts de gagner contre une fille qui est 12e mondiale. Devant son public, elle va s'imposer contre Errani, j'en suis persuadé. Pour se projeter un peu plus loin, Amélie a les moyens de revenir dans le Top 20. Elle avait bien commencé en Australie, elle a battu Ivanovic puis perdu contre une très bonne Azarenka. Elle rejoue bien, elle n'est pas blessée depuis un bon petit moment. Elle joue devant son public, ça peut lui sourire, il suffit qu'elle fasse un bon résultat et tout peut repartir avec Amélie. Ca tient juste à deux-trois résultats qu'elle va arriver à faire et je pense qu'elle peut les faire à Paris. On est toujours en contact, forcément je la suis de loin mais on est en très bons termes, je pense que ça va bien se passer pour elle. »

Alizé Cornet
« C'est différent d'Amélie. Elle est jeune, c'est sa troisième participation à l'Open GDF SUEZ. Elle a fait une très bonne saison l'an passé. Elle va découvrir le public de Coubertin qui est super avec les Françaises et qui va être derrière elle. Il faut qu'elle évacue la Fed Cup. Elle est revenue d'Australie avec une blessure à l'épaule, elle a eu beaucoup de pression ce week-end et elle doit encore apprendre à la gérer. Elle est en train de le faire. De temps en temps, il y a forcément des hauts et des bas. C'est le prototype même de joueuse chez qui le mental joue beaucoup et qui dans ces moments-là arrive à se surpasser et je sais qu'elle va passer au-dessus de ce week-end de Fed Cup parce qu'elle se sert de tous ces moments là pour avancer. Pour plus tard, j'en fais une de mes favorites pour Roland-Garros. Et forcément, elle fera un gros bond au classement dans le Top 10. Je pense que ça va être une des joueuses les plus en vue sur terre battue et notamment à Roland, j'en suis certain. »

Virginie Razzano
« Elle a eu un début de saison qui n'a pas été très facile. Virginie est une fille qui est adorable, qui est capable de faire de très bonnes choses. Elle a besoin de gagner quelques matches pour se lancer. C'est ce qu'elle avait il y a deux ans quand elle avait gagné deux tournois en Asie. C'est une question de confiance. Elle a joué Pavlyuchenkova, ce n'était un tour pas facile. Elle a donné le meilleur d'elle-même, elle le fait toujours. Elle est comme tout le monde, elle a des hauts et des bas. Elle a eu des très bonnes périodes mais malheureusement, elle n'est pas restée suffisamment longtemps dans ces périodes. Elle a eu des petites blessures qui l'ont embêtée, qui font redescendre et douter. Il faudrait que ces petits soucis la laissent tranquille pour qu'elle puisse faire une année complète. C'est toujours un peu le problème. Comme Amélie, ça fait six-huit mois qu'elle n'est pas blessée donc c'est bien. Physiquement, elle est très bien. Quand il n'y a pas de blessure, il faut gagner les matches pour prendre confiance. Elles sont un peu toutes dans cette optique là. »

Emilie Loit
« Elle vient de gagner trois matches, elle doit être en confiance. En plus, c'est une surface qui lui convient bien, elle a toujours pas trop mal joué à Coubertin. Elle a le jeu pour embêter Vaidisova avec son slice, son coup droit lifté de décalage, ses changements de rythme et ses amorties. Elle a une très bonne chance d'embrouiller Vaidisova. Emilie a besoin de s'éclater, de prendre du plaisir. Elle va essayer de se faire des tournois en France, les Grands Chelems et d'y prendre du plaisir. Là, ou elle en est, c'est plus une question de plaisir maintenant. Là, à Paris, à l'Open GDF SUEZ, ça ne va être que du plaisir pour elle. Elle peut très bien jouer. »

Nathalie Dechy
« Cirstea est une jeune qui ne joue pas mal donc ça ne va pas être facile. Avec son expérience, ses résultats en Australie, notamment au niveau du double qui la maintiennent en confiance, elle peut se sortir de ces matches un peu difficiles. Ca va se jouer beaucoup au niveau de l'expérience. Comme Emilie, c'est au niveau du plaisir. Aujourd'hui à 29 ans, ce sont des filles qui ont eu des super résultats qui doivent essayer de profiter à fond des une, deux ou trois dernières années qui leur restent pour se faire plaisir. »

Partagez cet article avec un ami :

Ajouter OpenGDF Les+Fran%C3%A7aises+vues+par+Courteau à Facebook Ajouter OpenGDF Les+Fran%C3%A7aises+vues+par+Courteau à Digg Ajouter OpenGDF Les+Fran%C3%A7aises+vues+par+Courteau à Technorati Ajouter OpenGDF Les+Fran%C3%A7aises+vues+par+Courteau à Live-MSN
ARTICLE SUIVANT

JEU : La Joueuse Mystère

Lire la suite >

RECEVEZ LA NEWSLETTER