Imprimer cette page Envoyez cette page à un(e) ami(e) Accueil

Actualités

Hagelauer : « De vrais espoirs »

© PANORAMIC
Emmanuel LANGELLIER
 
 
Imprimer
Vendredi 12 février 2010 à 18h14
Malgré l'absence de joueuses françaises en quarts de finale de l'Open GDF SUEZ pour la première fois, Patrice Hagelauer, le Directeur Technique National du tennis français, n'est pas inquiet pour le tennis féminin français.  

Aucune Française en quart de finale pour la première fois à l'Open GDF SUEZ, comment expliquez-vous cette déroute ?
Il y a déjà plusieurs de nos « tops » qui ont arrêté. Ce n'est tout de même pas facile de remplacer une Amélie Mauresmo qui a remporté le tournoi l'année dernière et qui a décidé d'arrêter. Pareil concernant Nathalie Dechy et Emilie Loit. On ne remplace pas de telles joueuses comme cela. Deuxième raison : la Fed Cup n'aide pas quand c'est sur terre battue deux jours avant de se retrouver sur dur. Ce n'est pas facile, surtout lorsqu'on a perdu comme Alizé Cornet. Ca ne l'a pas aidée, c'est certain. Ensuite, dans les meilleures Françaises, Marion Bartoli n'était pas là. Là, c'est un problème important aussi pour le tournoi... Aravane Rezaï a fait un bon premier match avant de perdre hier (jeudi) malgré un bon match. Même chose pour Julie Coin qui s'est inclinée après une bonne prestation. En fait, on n'avait plus beaucoup de joueuses capables de se retrouver en quarts ou plus loin. Compte tenu de la situation du moment, c'est logique qu'on n'ait aucune joueuse en quart de finale. Quoique, sur sa forme, Aravane aurait pu passer encore un tour. Mais elle a joué contre une joueuse qui jouait superbement. J'ai vu le match, cette fille-là (l'Allemande Andrea Petkovic) jouait vraiment très bien. Ce qui m'inquiète d'ailleurs car on va la rencontrer en match de barrage de Fed Cup, et ça ne va pas être de la tarte.

On a beaucoup parlé de la Fed Cup ces derniers jours. Aravane Rezaï confiait jeudi soir après sa défaite que cela commençait à être « fatigant »...
(Il coupe) Oui, c'est fatigant pour tout le monde de tout le temps parler de tout ça. D'autant qu'avec Aravane, tout le monde a l'intention d'essayer de faire le meilleur rapprochement possible. Car elle a envie de jouer, on a envie qu'elle soit dans l'équipe. Il faut créer des conditions où elle et tout le monde se sentent bien. Personne n'a envie de se sentir mal à l'aise ou que ça gêne la préparation de l'ensemble du groupe. Donc il va falloir trouver des solutions. On ne les trouve pas deux jours après la Fed Cup, il va falloir que ça passe par des discussions entre le capitaine (Nicolas Escudé), l'entraîneur Patrick Mouratoglou, Aravane elle-même. On va tous discuter pour voir comment on peut fonctionner au mieux.

« Mladenovic est brillante mais je ne veux pas lui mettre de pression »

Celle qui peut succéder à Mauresmo ne semble pas être encore là. Quels sont vos axes de réflexion et d'action pour remédier à cette situation ?
Il y a peut-être des filles qui vont se révéler dans les semaines et mois à venir. Quand je vois les progrès d'une Julie Coin, le sérieux qu'elle met à l'entraînement… Quand je vois Pauline Parmentier, Aravane, il y a des filles qui sont vraiment déterminées pour progresser. Laissons les grandir. Je ne veux pas en parler sans montrer l'espoir que j'ai les concernant pour qu'elles grimpent rapidement dans les cinquante premières. Certaines y ont déjà figuré. Moi, j'y crois car elles jouent bien et car la préparation est excellente. Sans quoi, on n'a pas attendu les résultats de la Fed Cup pour mettre en place  nos actions. En faveur du tennis féminin, on a mis en place un plan d'action important. Depuis l'élite, tous nos pôles sont remplis de filles. Ca va être aussi l'objet de discussions pendant notre stage de réflexion après la Coupe Davis en mars. On parle beaucoup du tennis féminin dès le club, dès l'enseignement au plus jeune âge. Comment attirer davantage de filles, comment les garder, quel type de compétition leur proposer pour que ça les intéresse ? On remet en place un vrai chantier pour essayer de répondre à toutes ces questions.

Il y a également Kristina Mladenovic, championne du monde juniors 2009 (183eme à 16 ans).
Oui, c'est vraiment une fille en qui on croit bien évidemment. Elle n'était pas présente à l'Open GDF SUEZ car elle souffre du poignet mais elle va beaucoup mieux. Elle est brillante, mais là aussi, je ne voudrais pas lui mettre trop de pression sur les épaules. Dans les années d'âge en-dessous, il y a encore d'autres filles qui jouent bien. Je veux qu'elles continuent de se former tranquillement. Mais c'est vrai qu'on a de vrais espoirs.

Précédente

Impériale Safarova !

Précédente

Partagez cet article avec un ami :

Ajouter OpenGDF Hagelauer+%3A+%C2%AB+De+vrais+espoirs+%C2%BB à MySpace Ajouter OpenGDF Hagelauer+%3A+%C2%AB+De+vrais+espoirs+%C2%BB à Facebook Ajouter OpenGDF Hagelauer+%3A+%C2%AB+De+vrais+espoirs+%C2%BB à Digg Ajouter OpenGDF Hagelauer+%3A+%C2%AB+De+vrais+espoirs+%C2%BB à Technorati Ajouter OpenGDF Hagelauer+%3A+%C2%AB+De+vrais+espoirs+%C2%BB à Live-MSN