Imprimer cette page Envoyez cette page à un(e) ami(e) Accueil

Actualités

L'oeil d'Emilie Loit

© PANORAMIC
Rédaction Open GDF SUEZ
 
 
Imprimer
Dimanche 14 février 2010 à 18h34
Pour la dernière fois de la semaine, retrouvez l'analyse experte d'Emilie Loit. Ce dimanche, la jeune retraitée dresse le bilan de la semaine et révèle ses déceptions, ses coups de gueule et ses coups de coeur.  

Nous avons assisté à une finale énorme. Les deux joueuses ont joué à un très haut niveau. Safarova a juste fléchi physiquement à la fin. C'est ce qui a fait la différence. En termes d'intensité physique et tennistique c'était fabuleux. Je suis impressionnée par la force mentale d'Elena Dementieva qui a bien réagi après la perte du premier set au tie-break. C'est la marque d'une grande championne. Pour le tennis féminin, c'est une grande dame et c'est bien de la voir gagner cet Open GDF SUEZ. Ce tournoi m'a réconcilié avec le tennis féminin. Je trouve que les joueuses, qui avaient tendance à jouer de manière très stéréotypée en frappant fort à plat, mettent un peu plus de volume dans leur jeu. J'ai beaucoup aimé cette recherche, un peu nouvelle dans l'intelligence de jeu des filles.

La révélation : Petra Martic. La façon dont elle a battu Yanina Wickmayer était impressionnante. C'est une joueuse qui jouera très bien dans l'avenir. D'autres joueuses m'ont plus comme Shahar Peer qui a bien fait évoluer son tennis.

La déception : Les Françaises dans l'ensemble. Mais avaient-elles les moyens de faire mieux ? Le tableau de ce tournoi était très relevé. La déception vient du match d'Aravane Rezaï contre Petkovic. J'espère qu'elle va faire évoluer son jeu sans changer complètement. Juste mettre un peu plus de sécurité dans son jeu. Wickmayer c'est aussi une grosse déception. C'est une joueuse qui a le potentiel pour prendre la relève quand les tops vont arrêter.

Le coup de coeur : Les adieux d'Amélie Mauresmo, mercredi. J'ai trouvé ça très émouvant et ça me touche particulièrement parce qu'elle est de ma génération. Et les larmes de joie d'Elena Dementieva au moment de sa victoire. J'ai trouvé ça émouvant.

Le coup de gueule : Je ne vais peut-être pas me faire une copine mais je vais redire Marion Bartoli. Ce n'est pas normal qu'elle ne joue pas le jeu d'un tournoi français aussi bien organisé. Les larmes de Dementieva à la fin ne sont pas anodines. Ça veut dire que les joueuses sont attachées à ce tournoi. Elena a gagné beaucoup de tournois dans sa carrière. Ce n'est pas le plus gros tournoi qu'elle a remporté et pourtant elle est très émue. Ce tournoi mérite de la considération.

La chronique de samedi
La chronique de vendredi
La chronique de jeudi
La chronique de mercredi

La chronique de mardi
La chronique de lundi

Partagez cet article avec un ami :

Ajouter OpenGDF L%27oeil+d%27Emilie+Loit à MySpace Ajouter OpenGDF L%27oeil+d%27Emilie+Loit à Facebook Ajouter OpenGDF L%27oeil+d%27Emilie+Loit à Digg Ajouter OpenGDF L%27oeil+d%27Emilie+Loit à Technorati Ajouter OpenGDF L%27oeil+d%27Emilie+Loit à Live-MSN